Nouvelles des Amis de la Nature

 

Pour une politique d'asile humaine

Les Amis de la Nature demandent une politique d'asile européenne humaine au lieu de nouveaux camps de réfugiés sur le territoire de l'Union européenne.

Andrea Schwingshackl
Photo: Andrea Schwingshackl


L'absence d'une politique d'asile européenne claire a conduit à une pratique inhumaine d'emprisonnement des réfugiés dans des camps situés dans des pays aux frontières de l'Union européenne. Théoriquement, les personnes concernées devraient y attendre la décision sur leur demande d'asile, qui leur permettrait soit d'entrer dans l'Union européenne soit, si la demande est rejetée, leur refuserait l'entrée. La situation actuelle sollicite à l’excès des pays comme la Grèce ou l'Italie. La conséquence en sont des camps immenses et surpeuplés, où règnent des conditions sanitaires inacceptables et qui n’offrent aucune perspective pour les personnes qui y vivent. On sait depuis des mois que ces camps sont une sorte de bombe à retardement – il est des politiciens qui ont délibérément accepté cette situation comme un moyen de dissuasion contre des réfugiés potentiels.

lire la suite ...

L'un de ces camps est celui de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, qui a dernièrement accueilli plus de 12 500 réfugiés – un lieu ne se prêtant pas à un séjour prolongé, vu l‘absence de conditions de vie acceptables et de perspectives d'avenir. L'incendie dévastateur du 8 septembre 2020 a laissé plus de 12 500 personnes sans abri, dont des enfants, des femmes enceintes et des personnes ayant des besoins particuliers. Des personnes qui ont fui leur pays en raison de conditions dangereuses ou peu sûres et qui ont dû quitter leur famille, leurs amis et leur domicile. Des personnes qui ont déjà tout perdu subissent aujourd'hui les conséquences de la politique d'asile ratée de l'Union européenne et de ses États membres, qui est contraire aux droits humains et aux droits de l’enfant.

Au lieu de criminaliser les victimes de l'incendie, tous les États membres de l'UE doivent être conscients que leur incapacité à mettre en place une procédure humaine et équitable vis-à-vis des réfugiés est à l’origine de cette triste évolution. Nous sommes maintenant arrivés à un point où nous ne pouvons plus fermer les yeux. Des mesures concrètes sont nécessaires immédiatement – pour aider les réfugiés de Lesbos, mais aussi pour prévenir des catastrophes humanitaires encore plus dramatiques à l'avenir. Le temps est venu de faire preuve de solidarité avec des personnes qui fuient les guerres, les dictatures et la pauvreté extrême, et d'agir conformément à notre engagement en faveur d'une Europe unie et cosmopolite.

De nombreuses villes européennes et certains États membres ont déjà déclaré qu'ils prendront en charge une partie des réfugiés de Moria, désormais sans protection aucune. D'autres ont déclaré qu'ils aideraient la Grèce à reconstruire un nouveau camp. Ces deux mesures sont utiles pour répondre aux besoins les plus urgents, mais ne résoudront pas la crise des réfugiés.

L'Internationale des Amis de la Nature et l'Internationale des Jeunes Amis de la Nature demandent à l'Union européenne et à ses États membres d'introduire une nouvelle politique d'asile humaine afin d'éviter de nouveaux camps avec des conditions de vie inacceptables et sans perspective pour les personnes qui y sont stationnées.

Une nouvelle politique d'asile devrait comprendre au moins les éléments suivants :

  • Une approche décentralisée, qui accepte les offres de différentes villes et de différents pays et qui surmonte le régime de Dublin. Afin de motiver les villes et les pays à accueillir des réfugiés, les coûts liés au temps d'examen de la demande d'asile devraient être couverts par un budget européen pour l'asile. Les autorités locales, les entreprises et les ONG devraient être invitées à proposer des projets pour soutenir les réfugiés dans cette phase de pré-asile ;
  • Des conditions de vie acceptables pour tous les réfugiés et des programmes obligatoires en matière de formation linguistique et d’autres formations, pour améliorer leurs compétences et leur ouvrir de nouvelles perspectives, soit pour leur vie future dans un pays européen, soit, en cas de rejet d'une demande d'asile, pour un retour dans leur pays d'origine.

L'Internationale des Amis de la Nature et l'Internationale des Jeunes Amis de la Nature encadrent depuis de nombreuses années des réfugiés sur un pied d'égalité. Grâce à des projets concrets, nous favorisons leur intégration dans la société européenne et nous continuerons sur cette voie à l'avenir.

(Septembre 2020)


 

Une nouvelle auberge dans les Cinque Terre (Italie) invite tous les Amis de la Nature !

Amici della Natura Italia
Photo: Amici della Natura Italia

 

C'est avec grand plaisir que les Amis de la Nature d’Italie annoncent que l'auberge « Le Scuole Nanni Scarrà » fait désormais partie du réseau des Maisons des Amis de la Nature. Cela a été convenu avec l’Assoziazione Jonas D. Pietrini.

lire la suite ...

Il s'agit d'une grande maison située à l'extérieur de Montaretto (municipalité de Bonassola), un petit village de 100 habitants, à 300 mètres au-dessus du niveau de la mer. La maison est à deux pas des Cinque Terre, l'un des plus beaux paysages d'Italie. On peut y accéder soit en voiture en 10 minutes (depuis Bonassola ou Framura), soit à pied – en empruntant de beaux chemins forestiers d’où s’ouvre une vue superbe sur la mer et ponctués de vestiges de l'occupation fasciste (anciens bunkers, postes de contrôle à la mer ...). La marche prend 20 minutes en descente, deux fois plus en montée.

« Le Scuole Nanni Scarrà » est une maison d'hôte non gardée. Toutefois, en raison de la pandémie de la Covid-19, les possibilités d'accès sont actuellement limitées : des groupes (un seul à la fois) entre 6 et 12 personnes sont acceptés, qui doivent apporter leurs propres draps et serviettes de toilette. Le tarif comprend l'utilisation de la cuisine.

Adresse : Via del campo 14 Fraz. Montaretto, 19011 Bonassola (SP)
Courriel : ostellomontaretto@amicidellanatura.it
Tél. portable : +39 339 854 1913 (Katia)

Site web

 


 

125 ans d'Amis de la Nature – 125 ans de solidarité internationale

Participons à la 1ère Journée internationale des Amis de la Nature !18 –20 septembre 2020

Naturefriends International
Photo: Andrea Schwingshackl

 

Parallèlement à l'assouplissement des restrictions visant à contenir le coronavirus, nous, les Amis de la Nature, pouvons également reprendre nos activités dans la plupart des pays européens. Enfin retrouver la nature, randonner ensemble, faire du vélo ou profiter de l'hospitalité de plus de 700 Maisons d'Amis de la Nature – beaucoup de choses considérées comme allant de soi avant la crise ont maintenant un caractère exceptionnel. Les Amis de la Nature proposent un riche programme pour jeunes et moins jeunes, et les personnes handicapées ou socialement défavorisées sont également expressément les bienvenues, par exemple pour découvrir la nature le long de plus de 150 Sentiers Natura dans toute l'Europe (plus d'informations).

L'assouplissement des restrictions permet aussi de planifier des activités autour de la Journée internationale des Amis de la Nature du 18 au 20 septembre, qui aura lieu pour la première fois cette année pour marquer le 125e anniversaire du Mouvement des Amis de la Nature.

 

lire la suite ...

Ainsi, avec les journées d'action « 125 ans d’Amis de la Nature – 125 ans de solidarité internationale », les Amis de la Nature d'Allemagne veulent donner un signal fort pour une coopération solidaire au niveau local comme au niveau mondial. La coopération peut par exemple prendre la forme de partenariats internationaux entre groupes d'Amis de la Nature, destinés à la conception et à la mise en œuvre d’idées et projets. Nous soutiendrons cette initiative au niveau international et nous réjouissons d’avance de la participation active de nos membres.

La crise du coronavirus frappe particulièrement les populations défavorisées : les personnes ayant un emploi précaire, un handicap ou des problèmes de santé, les demandeurs d'emploi, les migrants et les réfugiés ainsi qu'une grande partie des populations des pays du Sud, qui souffrent déjà massivement de la crise climatique. Ces personnes ont besoin de notre soutien en ce moment précis !

Les groupes locaux intéressés à des partenariats internationaux peuvent contacter le secrétariat de l'IAN par e-mail (office@nf-int.org). Nous serions également heureux de recevoir des informations de groupes prévoyant une autre activité de solidarité autour de la Journée internationale des Amis de la Nature. Fin 2020, un jury international des Amis de la Nature sélectionnera les activités les plus réussies de l'année anniversaire. Les trois activités les mieux classées recevront 500 euros chacune – la participation est donc doublement payante !

Une contribution personnelle à une coopération solidaire est également possible par le biais d'un don au Fonds des Amis de la Nature pour le climat. Les dons vont à 100% aux plantations d'arbres fruitiers dans le nord du Sénégal, réalisées par les Amis de la Nature du Sénégal en étroite collaboration avec les populations. Plus d'informations sur le site du Fonds pour le climat.

Plus d'informations sur les journées d'action « 125 ans d’Amis de la Nature – 125 ans de solidarité internationale » des Amis de la Nature d’Allemagne (uniquement en allemand) sur : --->

 


 

Pour une sortie durable de la crise

Baum und Sonne
Photo: Cornelia Kühhas

 

Le coronavirus paralyse le monde. L'impact de la pandémie sur les systèmes de santé, l'économie et la société est grave et de grande envergure. La crise nous touche tous – mais certains plus que d'autres, car elle frappe beaucoup plus durement les membres vulnérables de la société. Comme sous une loupe, les inégalités sociales, mais aussi les effets économiques et environnementaux négatifs de la mondialisation, deviennent aujourd’hui particulièrement évidents.

lire la suite ...

La crise n'est pas seulement une crise sanitaire, mais aussi une crise systémique. Elle donne peut-être aussi un avant-goût amer de l'avenir. « Corona montre à quel point une crise mondiale peut nous affecter en tant que communauté mondiale. Mais nous pouvons aussi nous faire une idée de ce que le changement climatique en tant que crise mondiale pourra détruire dans les prochaines décennies. Cela devrait nous secouer », a déclaré Patricia Espinosa, secrétaire générale de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, dans une interview donnée au magazine allemand « Der Spiegel ».

Le moment est venu de remettre en question les modèles économiques traditionnels, de regarder vers l'avenir et de poser les jalons d'une plus grande durabilité. Dans ce sens, l'IAN, avec une large alliance d'ONG européennes, appelle également les dirigeants politiques à prendre des mesures concrètes pour le changement de système et la reconstruction économique, conformément à l'« Agenda 2030 pour le développement durable du monde » des Nations Unies, au centre duquel se trouvent les humains et la nature :

  • Lettre ouverte des organisations de la société civile à la Commission européenne : « Pour une Europe attentive à tous et toutes – pendant la pandémie de COVID-19 et au-delà ». Ce n'est que par la solidarité, la démocratie, l'inclusion, la justice et la durabilité que nous sortirons plus forts de la crise.
  • Pétition #SavePeopleNotPlanes – Non au sauvetage inconditionnel du secteur aérien !

Soyons solidaires dans la crise !

Manfred Pils et Andrea Lichtenecker pour le Bureau et l’équipe de l’IAN

NFI

Le coronavirus tient le monde en haleine. La vie publique et économique est réduite au minimum, les systèmes de santé subissent de lourdes épreuves et touchent à leurs limites dans un nombre croissant de pays.

Les Amis de la Nature sont eux aussi durement touchés par la situation actuelle. Des programmes préparés avec beaucoup de cœur et d'âme ne peuvent pas être mis en œuvre. Les réunions et activités doivent être annulées. Les Maisons des Amis de la Nature restent fermées, avec de graves conséquences financières. Découvrir la nature ensemble, prévoir des rencontres et des activités physiques – les pierres angulaires du mouvement des Amis de la Nature – ont pour l'instant disparu. Ce qui reste, ce sont nos valeurs communes, qui sont aujourd'hui particulièrement recherchées : la solidarité et l'action responsable de nous tous et toutes !

lire la suite ...

La pandémie du coronavirus cause beaucoup de douleur et de souffrance, non seulement là où nous vivons, mais dans le monde entier. Il est maintenant important de soutenir les plus faibles dans notre société, de s’unir et de faire preuve de solidarité. Et cette solidarité ne doit pas s'arrêter aux frontières nationales.

Ne fermons pas les yeux sur la situation dramatique des camps de réfugiés dramatiquement surpeuplés dans les îles grecques, en Turquie ou au Liban, où des personnes désespérées, dont des milliers d'enfants et de jeunes, ont dû faire face à une situation désastreuse pendant de nombreux mois. Il s’impose de ne pas ignorer leur sort en cette période particulière !

Nous ne devons pas non plus fermer les yeux sur la situation en Afrique, un continent où, à de nombreux endroits, les soins médicaux, les hôpitaux et les équipements sanitaires font défaut. Ici aussi, un soutien financier, professionnel et médical est nécessaire rapidement pour sauver des vies humaines.

C'est le moment d'agir et de vivre dans la solidarité !

La situation actuelle nous montre clairement les aspects négatifs de la mondialisation. Mais nous constatons aussi que beaucoup de choses sont possibles : les gens s'entraident, se soutiennent mutuellement, et les objectifs de croissance économique passent de plus en plus au second plan.

Il y a un tendre rayon de lumière à l'horizon : chaque crise renferme aussi des opportunités. Saisissons ces chances ! Unissons nos forces pour sortir plus forts de cette période difficile !

Dirigeons-nous vers plus d'humanité, vers la solidarité authentique, vers de nouveaux modèles d'avenir axés sur la personne humaine et la protection de notre planète – conformément à l’« Agenda 2030 du développement durable du monde » adopté par les Nations Unies : une vie bonne et sûre pour tous et toutes !


 

Renforcer le voisinage

 

Photo: Předchozí  Další
Photo: Předchozí  Další

Le premier week-end de mars de cette année, des groupes d'Amis de la Nature de la République tchèque et du land allemand de Saxe se sont réunis à Naundorf, en bordure du Parc national de la Suisse saxonne, pour intensifier les contacts existants et la coopération future au-delà des frontières communes.

lire la suite ...

Les fédérations et sections ont présenté leurs projets réussis, ont essayé de trouver ensemble des solutions à des problèmes et élaboré des idées pour une coopération plus étroite aux niveaux régional et local.
Plus d'informations (en tchèque et en allemand) et photos sur le site des Amis de la Nature tchèques.
 


 

« Naviguer dans le vent du changement pour l'environnement européen »

EEB
Photo: European Enviornmental Bureau EEB

 

Manfred Pils, Président de l'IAN, a assisté à la Conférence annuelle du Bureau européen de l'environnement (BEE) et à l'Assemblée générale du BEE, les 18 et 19 novembre 2019. Voici son rapport.

lire la suite ...

La Conférence annuelle du BEE s'est tenue sur le thème « Naviguer dans le vent du changement pour l'environnement européen » (« Sailing the winds of change for Europe’s Environnement »).

Les conséquences négatives du changement climatique sont déjà palpables et la perte de biodiversité (par exemple la mortalité des insectes) est clairement visible. Une proportion croissante de la population, en particulier des jeunes, appelle les politiciens à agir. L'Europe est la région du monde la mieux informée sur l'environnement, et ses lois environnementales et sociales sont les plus développées. Le mouvement des jeunes luttant pour des comportements respectueux du climat a renforcé les Verts au Parlement européen et, d'autre part, la nouvelle Commission souhaite présenter le « Green Deal européen » dans les cent premiers jours de son mandat.

Les présidences jouent un rôle important dans ce contexte, qui sont constamment soutenues par le BEE – et c’est l'un de ses atouts – dans la mise en œuvre des objectifs de durabilité en Europe. Lors de cette Conférence annuelle, des experts et des représentants du Parlement européen, ainsi que des représentants de la prochaine présidence allemande, ont également pris la parole pour rendre compte de leurs plans de mise en œuvre de l'agenda européen.

A l'unisson, tous les représentants politiques – que ce soit au plan européen ou dans les Etats membres – considèrent le « Green Deal européen » comme l'occasion de donner à l'Europe un contenu positif pour ses citoyens et citoyennes, en faisant avancer non seulement l'agenda écologique mais aussi l’agenda social. Les 100 prochains jours sont donc une période clé pour préparer cet accord vert européen.

La mise en œuvre du « Green Deal européen » a également fait l'objet de discussions lors de l'Assemblée générale annuelle du BEE. Il est apparu clairement qu'un « Green Deal européen » parallèle à l'actuelle politique agricole et au soutien structurel n'a guère de sens et ne peut avoir du succès. Il faut plutôt que les flux financiers de l'UE soient eux-aussi redirigés dans le sens d'un Green Deal. Cela signifie pour la politique agricole que des fonds publics ne pourront être affectés qu'à des fins publiques et qu'il faudra mettre un terme aux subventions agricoles écologiquement contre-productives. À leur place il s’agit de promouvoir l'agriculture biologique, de préserver les puits de CO2 tels que les forêts, les marais et les paysages naturels, et d’investir dans des infrastructures durables telles que les trains à grande vitesse. Bien entendu, les régions rurales en particulier doivent être mises en valeur et renforcées afin de préserver leurs fonctions pour la nature, l'environnement et les habitats.

Ce qui est positif, c’est que la responsabilité générale de la politique climatique ait été confiée au Vice-Président de la Commission, Frans Timmermans, et que d'autres domaines tels que la politique agricole ou la politique des transports soient astreints de lui rendre compte – on peut espérer que la politique climatique sera enfin appliquée également dans les politiques sectorielles.

Dans le cadre des Green 10 et du BEE, l'IAN soutiendra toutes les mesures qui déboucheront sur une politique climatique efficace et à un « Green Deal européen » digne de ce nom.


 

Deviens ambassadeur / ambassadrice du climat !

 

BotschafterInnen fürs Klima
Photo: NaturFreunde Bremen

 

En 2010, les Amis de la Nature de Brême ont lancé un projet international d'éducation au développement durable. Des enfants et des jeunes d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Sud sont formés comme « ambassadeurs et ambassadrices du climat ».

lire la suite ...

Des élèves de différents groupes d'âge mènent des campagnes communes contre le changement climatique. L'internationalité du projet climatique souligne un message important : le changement climatique ne s'arrête pas aux frontières nationales et chacun doit s'occuper de la protection du climat.

Le projet a démarré en Allemagne et au Togo en 2010, le feedback a été si bon que bientôt des ateliers se sont tenus également en Namibie (2014 à Swakopmund et 2015 à Windhoek) et en 2017 au Chili.
Plus d’informations sur le site web relooké.


 

Les Amis de la Nature d´Autriche : alpinistes professionnels aident à mettre en place une formation professionnelle en Iran

de Ernst Dulnigg

Naturfreunde Niederösterreich
Photo: Naturfreunde Niederösterreich

 

Une étroite amitié lie les alpinistes iraniens et les Amis de la Nature d’Autriche. Elle remonte à de tendres liens noués il y a deux ans, qui sont entretemps devenus des cordes solides tendues par-delà de toute frontière politique et culturelle.

lire la suite ...

Fin juillet 2018, les Amis de la Nature d’Autriche ont été invités en Iran pour un symposium d'alpinisme à l'occasion du 175e anniversaire de la première ascension du Damavand, le plus haut sommet du Moyen-Orient, par l'Autrichien Karl Georg Theodor Kotschy. Autrichiens et Iraniens ont marché côte à côte jusqu'au sommet du cône volcanique de 5 671 mètres de haut.

Ce fut le point de départ de la formation de guides de montagne, lancée par les alpinistes des Amis de la Nature autrichiens pour l'année à venir. 24 alpinistes iraniens, dont trois femmes, ont ainsi été préparés à leur futur métier de guide de montagne. Fin septembre 2019, les Amis de la Nature d’Autriche ont organisé plusieurs ateliers en Iran, dans le cadre du « Eco Sustainable Symposium », sur les possibilités de promotion du tourisme de montagne, et y ont présenté des exemples autrichiens.

 

Naturfreunde Niederösterreich
Photo: Naturfreunde Niederösterreich

 

Il y a actuellement environ 64 000 alpinistes en Iran. Près de 1 000 personnes sont actives comme moniteurs et guides de montagne – les Amis de la Nature d’Autriche continueront à soutenir l’Iran dans le cadre de la formation d’après des normes internationales.

Article paru dans eTurboNews


 

Nouvelles organisations membres en Gambie et en Bosnie !

NFI

La Conférence annuelle de l’Internationale des Amis de la Nature, tenue le 28 septembre 2019, a admis deux nouveaux membres C, de Gambie et de Bosnie.

lire la suite ...

JUST ACT en Gambie travaille intensivement avec les Amis de la Nature dans le cadre du Paysage de l'Année Sénégal/Gambie depuis plusieurs années. L'organisation s'engage en faveur du développement du tourisme durable et de la création de perspectives d'avenir, en particulier pour les jeunes en Gambie, et dispose d'un réseau d'experts de renommée internationale. En savoir plus.

L'organisation des Amis de la Nature récemment fondée en Bosnie gère une maison AN à Srebrenica et s'engage pour la protection de la nature et de l'environnement et pour le développement d'un tourisme durable à Srebrenica et dans les environs. En savoir plus.


 

Équipement de nouvelles voies d’escalade à Naplouse

Pourquoi les Amis de la Nature de Nuremberg encouragent l'escalade en Palestine

Klettern Palästina
Photo: Manfred Eiselt/ NaturFreunde Nürnberg Mitte

Des Amis de la Nature de Nuremberg ont passé cinq jours à forer des voies d'escalade à Naplouse en Palestine.

lire la suite ...

Ils entendent soutenir les milieux locaux de l'escalade et surtout ouvrir aux jeunes des possibilités de loisirs actifs. Enfin et surtout, ils veulent – par le biais des voies d’escalade – construire des ponts entre les habitants de Naplouse et de Nuremberg, entre les jeunes de la région. Lisez un rapport détaillé anglais dans notre tourism_LOG. (rapport en allement sur le site web de NaturFreunde Deutschlands)


Outdoor against Cancer: Les Amis de la Nature proposent de nouvelles perspectives aux patients atteints de cancer

Outdoor against cancer
Photo: Naturfreunde Österreich (Amis de la Nature Autriche)


Le cancer est un grand défi pour les personnes touchées et leurs familles et amis. Pour ces périodes difficiles, les Amis de la Nature d’Autriche veulent proposer aux patients atteints de cancer quelque chose de simple et efficace : l’activité en plein air, en groupe, favorable à la santé.

En collaboration avec l'association allemande « Outdoor against cancer », les Amis de la Nature d’Autriche veulent donner du courage aux malades du cancer et leur proposer de nouvelles perspectives. Nombreux sont ceux qui se sentent impuissants dans une phase aussi difficile de leur vie et considèrent comme unique perspective la médicine curative.

lire la suite ...

Offres d'accompagnement thérapeutique en plein air

« Outdoor against Cancer : move yourself, go out and live » est un projet soutenu par la Commission européenne. L'Université technique de Munich, en collaboration avec les Amis de la Nature de Carinthie (Autriche) et quatre autres organisations d'Allemagne, d'Italie, de Suède et de Grèce, a reçu un financement d’« ERASMUS+ Sport » pour 2019 et 2020. Entre autres choses, des actions sont organisées pour informer sur les effets positifs du sport et des exercices physiques pendant et après la maladie.
Il ne s'agit pas là de sport de compétition, mais de renforcer le corps et l'esprit pendant une période difficile, par des exercices réguliers et ciblés. Les offres d'exercices physiques et de plein air des Amis de la Nature fournissent un cadre approprié à cet effet.

Formation continue pour moniteurs

Afin d'assurer une offre de qualité également pour les personnes atteintes de cancer, il est important de doter les moniteurs de cours des Amis de la Nature des connaissances nécessaires. Cette formation continue, développée par la Faculté des sciences du sport et de la santé de l'Université technique de Munich en collaboration avec l'association « Outdoor against Cancer », est désormais également proposée aux Amis de la Nature d’Autriche dans le cadre du projet européen.

Outdoor against cancer
Photo: Naturfreunde Österreich (Amis de la Nature Autriche)

Le premier stage de formation avancée de deux jours a eu lieu en mai 2019. 16 Amis de la Nature y ont participé et ont appris en théorie et en pratique ce qui doit être pris en compte dans leurs cours lorsqu'ils traitent avec des patients atteints de cancer. Dans la partie pratique, les participants ont pu expérimenter eux-mêmes, par exemple à l’aide de simulations, ce que cela signifie d’être actif avec des limitations physiques. Ces expériences permettent aujourd'hui aux participants de mieux se mettre dans le rôle des patients et donc de garantir leur sécurité.

Premiers cours certifiés « Outdoor against cancer » proposés

Dans un proche avenir, les participants qui ont terminé la formation par un examen final proposeront leurs propres cours certifiés « Outdoor against Cancer ». Les activités vont de la randonnée facile au ski, en passant par l'escalade et le bloc. De nouveaux stages de formation sont prévus pour l'automne 2019 et pour 2020. De nombreux cours en plein air pour les patients atteints de cancer auront ensuite leur place fixe dans les activités proposées par les Amis de la Nature d’Autriche.

Naturfreunde Österreich (Amis de la Nature Autriche)


 

Élections europénnes 2019 : Ce que les Amis de la Nature devraient attendre des futurs parlementaires européens ! 

EU Flagge

Un commentaire de Manfred Pils, Président de l’Internationale des Amis de la Nature

Lire la suite ...

L’orientation de la politique européenne, trop centrée sur la libéralisation économique et la stabilité monétaire, a amené de nombreux citoyens à douter du sens et de la finalité de l'Union européenne. Ce n'est pas un hasard si les citoyens du Royaume-Uni ont décidé par référendum de se retirer de l'UE, alors que la Grande-Bretagne était le principal moteur de la politique néolibérale, et ont ensuite blâmé l'Union européenne pour ses conséquences négatives. Ce schéma selon lequel des politiciens entravent le progrès dans l’UE, mais blâment ensuite l'Europe chez eux pour tous les effets négatifs qui en résultent, est malheureusement répandu chez nombre de partis populistes en Europe qui, dans la perspective de l'élection imminente au Parlement européen, en mai, font également campagne de manière offensive pour une réduction des compétences de l'Europe en faveur de compétences nationales. 


Il est toutefois évident que seule une Union européenne forte qui met en œuvre résolument ses objectifs de durabilité peut relever les défis mondiaux :  


1. Le changement climatique mondial affecte tout le monde et ne peut être abordé au seul niveau national. L'Union européenne doit prendre au sérieux les objectifs climatiques de Paris et promouvoir la transformation énergétique en Europe. À cette fin, nous avons besoin d'une taxe sur le CO2 à l'échelle européenne pour accélérer le passage à une économie sans CO2. Un « Green New Deal » favorise non seulement le passage à une politique énergétique durable, mais permet également l'émergence de nouveaux secteurs économiques prometteurs.  


2. La politique agricole européenne doit abandonner la production de masse orientée vers l'exportation, en faveur d'une alimentation régionale de qualité, saine et abordable. L'interdiction des pesticides chimiques tels que le glyphosate, la promotion de la biodiversité et le respect du bien-être animal sont non seulement à la base d’une alimentation saine, mais contribuent également à la préservation de notre environnement naturel.  


3. Une bonne vie repose avant tout sur l’existence d'importants services publics tels que les écoles, l'eau et l’énergie, l'approvisionnement alimentaire local, les transports, l’assainissement et le recyclage. Au lieu de privatiser ces services – ce qui signifie en fin de compte que la qualité n'est garantie que dans les grandes agglomérations et a déjà échoué dans de nombreux pays – nous devons protéger et promouvoir ces services publics dans les zones rurales également. Les aides régionales européennes sont essentielles pour parvenir à un équilibre entre zones urbaines et rurales.

 
4. Les entreprises nationales et internationales bénéficient des infrastructures publiques et des importantes établissements d'enseignement et de recherche financés par des impôts. Il faut cesser d’instrumentaliser la concurrence entre États nationaux, ce qui a contribué à des impôts sur les sociétés ridiculement bas. Seule une action concertée au niveau européen peut briser ce cercle vicieux du dumping fiscal, afin de parvenir à une justice fiscale à tous les niveaux. Nous avons besoin de taux minima européens pour l'imposition des bénéfices des sociétés, d’une imposition sur le lieu de production et non dans le pays du siège social, de l'abolition des exonérations telles que pour l'aviation et le transport maritime, d’une taxe européenne sur les transactions financières et de la création de sites d'exploitation numériques. Les subventions de l'UE doivent être subordonnées à un niveau d'imposition adéquat dans les pays et à d'autres critères de durabilité.   


5. L'UE doit également garantir le respect des normes environnementales et sociales, tant au sein de l'Union même qu'au niveau mondial avec ses partenaires commerciaux. Il ne doit pas y avoir de commerce de produits issus du travail des enfants et du travail forcé ; nous avons besoin d'un cadre juridique tout au long de la chaîne de valeur, avec des normes d'étiquetage strictes. Le dumping salarial et social, en particulier, doit être empêché efficacement, car il a contribué de manière significative à l'agressivité qui règne malheureusement à l'égard des « étrangers ».    


6. L'Europe doit combattre les causes de fuite et non les réfugiés. Tout le monde sait que les millions de personnes qui quittent leurs pays n'ont pas choisi volontairement ce sort. Nous avons besoin d'une politique commune humaine en matière d'asile, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, d'un service européen de sauvetage en mer et d'un fonds de solidarité européen pour soutenir les villes et les communautés qui accueillent des réfugiés et pourvoient des services d'intégration actifs.    


7. Afin de mettre en œuvre bon nombre de ces mesures, nous devons également abolir le principe de l'unanimité. Il est inacceptable que le rythme des changements nécessaires soit donné par ceux qui cherchent à paralyser des décisions, créant ainsi un climat hostile à l'UE. Le Parlement européen doit lui aussi disposer de droits plus importants, par exemple par l’octroi d’une compétence législative. 


Toutes ces revendications répondent aux objectifs de durabilité environnementale et sociale – elles contribueront à la protection sociale, à l'emploi et à la prospérité même dans les régions défavorisées. Andreas Schieder, Président des Amis de la Nature d’Autriche, est candidat tête de liste du parti social-démocrate autrichien pour le Parlement européen. Il demande que le pacte néolibéral de stabilité et de croissance de l'UE cède la place à un pacte de développement durable régi par des objectifs économiques, écologiques et sociaux contraignants. Des indicateurs tels que le taux de chômage, les émissions de CO2, le coût du logement ou la répartition des richesses, qui reflètent mieux l'état du bien-être écologique et social, devraient remplacer le critère actuel du niveau d'endettement.  

  
En fin de compte, il est également crucial que le plus grand nombre possible de citoyens participent à l'élection au Parlement européen afin que les destructeurs déclarés de l'Europe ne puissent causer encore plus de dommages – contre lesquels ils prétendront ensuite devoir nous « protéger » au niveau national. 

 


Une visite chez des amies et des amis

Logo der Naturfreunde  Wien

À l'occasion du 125e anniversaire du mouvement AN, les Amis de la Nature de Vienne proposent aux groupes d'Amis de la Nature intéressés de participer à diverses activités à Vienne et dans les environs.

weiterlesen ...

Une semaine de festivités pour tous et toutes aura lieu après le Congrès de l'IAN, tenu le 13 juin 2020. Les visites guidées et les randonnées peuvent aussi être organisées tout au long de l'année en concertation avec les Amis de la Nature de Vienne. Si vous êtes intéressé/e/s, veuillez contacter directement le secrétariat des Amis de la Nature Vienne : wien@naturfreunde.at

 

Événements et conférences prévus (en anglais).


Les Amis de la Nature de Tchéquie fêtent leurs 25 ans. Mais leurs racines remontent beaucoup plus loin dans le passé.

 

Naturefriends Tschek Republic
© Přátelé přírody z. s

Le 16 février 2019 la Fédération nationale tchèque des Amis de la Nature fêtera le 25e anniversaire de sa refondation. Celle-ci a eu lieu en 1994 par la fusion de deux organisations, l’Union touristique Amis de la Nature de Bohême du Nord, à Jablonec nad Nisou, comportant des sections à Liberec, Prague et Ostrava, avec Duha, l’association d’enfants et de jeunes, formée de groupements de jeunes dans l’ensemble de la Tchéquie.  

  

lire la suite ...

« Hourra ! » serait-on tenté de dire. Mais il s’est bientôt avéré que ce modèle ne fonctionnait pas. S’il est vrai que les deux organisations étaient réunies sous un même chapeau, il n’y avait que très peu de collaboration entre elles. Ceci a pourtant changé lorsque plusieurs nouvelles sections d’Amis de la Nature ont vu le jour et que des actions communes ont été lancées, par exemple la réunion annuelle d’une durée de plusieurs jours, et divers projets. Malheureusement Duha n’est plus membre des Amis de la Nature tchèques depuis 2015, ce qui nous a coûté 3 000 jeunes adhérents. Désormais la Fédération nationale travaille « uniquement » dans sept sections – dont la plus importante se trouve à Jablonec nad Nisou, avec 350 adhérents – mais les activités et la coopération sont intenses dans les domaines de la nature, de la culture, de l’histoire, des droits humains, de la participation et du tourisme doux. 

Une longue tradition 

Toutefois, les origines de la Fédération remontent plus loin, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Georg Schmiedl, l’un des fondateurs du mouvement des Amis de la Nature, est né à Prossnitz (aujourd’hui Prostejov, en Tchéquie de l’Est). Le premier groupe d’Amis de la Nature sur le territoire de la Tchéquie actuelle s’est constitué dès la fondation du premier groupe à Vienne, en 1895 (le groupe fondé en 1897 à Trnovany en Tchéquie du Nord a d’ailleurs été le troisième plus ancien du monde). Le mouvement a continuellement grandi, et une association nationale s’est finalement constituée en 1921 au Congrès de Prague – les « Amis de la Nature de Tchécoslovaquie ».  

A cette époque, les Amis de la Nature étaient, à quelques exceptions près, purement germanophones et travaillaient dans les régions frontalières de la Tchécoslovaquie. Ils ont construit leurs propres Maisons d'Amis de la Nature afin d'avoir un endroit pour dormir du samedi (à l’époque une journée de travail) au dimanche. Avant la guerre, il y avait 39 Maisons des Amis de la Nature en Tchécoslovaquie (également dans les Hautes Tatras), mais la seule ayant survécu jusqu'à ce jour est la « Maison du Président », construite en 1927 dans les montagnes de Jizerské. 

Après qu'Adolf Hitler et son NSDAP ont pris le pouvoir en Allemagne et annexé l'Autriche, berceau des Amis de la Nature, le mouvement des Amis de la Nature a été interdit en Allemagne et en Autriche, les membres de l'association ont été persécutés, certains même emprisonnés. En 1936, les Amis tchécoslovaques de la Nature ont proposé d'organiser un congrès du mouvement international à Brno. Deux ans plus tard, les Sudètes tchèques et bientôt le reste de la Tchécoslovaquie furent occupés par l'Allemagne. Là aussi, les nazis ont interdit les Amis de la Nature et confisqué leurs biens, comme en Allemagne et en Autriche. 

Dans la Tchécoslovaquie ressuscitée après la guerre, il n'a pas été possible d’établir des organisations allemandes ou de gauche ; et même après la « construction du socialisme », de telles idées n'ont pu se réaliser. Ce n'est qu'après la Révolution de velours de 1989 que le mouvement a connu sa « renaissance ». Avec l'aide d'Amis de la Nature allemands et internationaux, le mouvement en Tchécoslovaquie a été reconstitué en 1991 à Jablonec nad Nisou, et depuis 1994 les Amis de la Nature sont actifs dans toute la République tchèque. Et c'est ce que nous célébrons aujourd'hui ! 

Přátelé přírody z. s. / Les Amis de la Nature de Tchéquie  

www.pratele-prirody.cz 

 

 

Message d'anniversaire de Manfred Pils, Président de l’Internationale des Amis de la Nature 

Au nom de la communauté internationale des Amis de la Nature, je tiens à saluer chaleureusement les Amis de la Nature de la République tchèque à l'occasion de leur anniversaire. Mes remerciements particuliers vont à Mirek Prokes qui a joué un rôle important lors de la fondation des Amis de la Nature en République tchèque, dont il a été l’initiateur. Ces 25 années ont été marquées par de nombreux développements importants. Un optimisme général a régné après la chute du mur de Berlin, ce qui a finalement amené la République tchèque à rejoindre l'Union européenne. Malheureusement, la prospérité promise n'a pas été répartie équitablement entre toutes les couches de la population ; c'est pourquoi un mécontentement politique se manifeste désormais dans de nombreux pays de l'Union européenne, ce qui a également conduit au soutien aux partis populistes de droite ou même nationalistes dans de nombreux pays européens. Mais la fermeture des frontières n'est qu'une solution à courte vue – nous devons travailler ensemble pour transformer l'Union européenne en une Union sociale et durable, dans laquelle la solidarité et la prospérité partagée jouent un rôle essentiel. Depuis sa fondation en 1895, l’Internationale des Amis de la Nature a toujours mis l'accent sur la compréhension et la solidarité internationales. Des rencontres internationales et des projets réalisés en commun rendent tangible cette internationalité et, espérons-le, aident à faire tomber les murs dans les mentalités des gens. C'est dans cet esprit que nous souhaitons aux Amis de la Nature de la République tchèque beaucoup de succès pour les décennies à venir.  

Avec un cordial « Berg frei ! » 

Manfred Pils, Président de l’IAN 


Un écosystème en danger

ATLED
© A.T.L.E.D.

Les Amis de la Nature d’Algérie s’engagent depuis bien des années pour la protection de la nature dans leur pays. Actuellement leur intérêt porte notamment sur la protection des oasis dans le Sud algérien. Hedibi Abdellatif, Président d’A.T.L.E.D (Amis de la Nature d’Algérie) explique pourquoi ces écosystèmes sont en danger et comment il serait possible de les protéger.

lire la suite ...

Aujourd’hui le monde oasien connaît une véritable crise sous l’effet d’un modèle de développement inapproprié.

Les causes du déclin des écosystèmes oasiens reposent sur

* des détériorations climatiques marquées avec une accentuation de la sécheresse et de ses conséquences sur la disponibilité en eau,

* l’inadéquation de la pression démographique et de l’urbanisation par rapport à la capacité de charge limitée de l’écosystème oasien,

* la mainmise des tenants de l’import-export sur les circuits de commercialisation des produits locaux,

* les modifications des modes de vie et de consommation, en particulier la consommation de produits manufacturés au détriment des produits alimentaires artisanaux locaux,

* l’absence d’évolution du droit sur le foncier, la gestion de l’eau et les modes d’exploitation. Il en résulte actuellement un morcellement des terres, d’où des incohérences fortes dans un système complexe et organisé dont la survie est reliée à des contraintes fortes,

* l’enclavement géographique,

* l’absence de reconnaissance de la spécificité oasienne par les politiques publiques, en particulier dans le domaine de la recherche en agriculture, de l’éducation et de la formation continue.

Toutes ces évolutions conduisent à l’hémorragie des forces vives, aussi bien au travers de la fuite des capitaux, que de l’exode des jeunes vers les villes ou l’étranger.

Face à cela les Amis de la Nature d’Algérie agissent pour proposer des solutions à ces différentes crises.

 

Hedibi Abdellatif

Président d’A.T.L.E.D (Amis de la Nature d’Algérie)


Les Amis de la Nature Belgique visent haut 

Naturefriends Belgium

© Natuurvrienden Bergstijgers/ATB De Natuurvrienden
 

Les Amis de la Nature Belgique organisent de grandes expéditions en avril, mai et juin : Un groupe de six membres va escalader le Denali en Alaska, parmi eux Sanne Lenaerts, Vice-Présidente de Natuurvrienden Bergstijgers. Pour plus d'informations : http://www.denali2019.be 

lire la suite ...

En plus de ce beau voyage en Alaska, un de nos membres, Niels Jespers (membre du Bureau) ira au Pakistan et tentera de réussir l'ascension du K2, sans oxygène supplémentaire. Il sera le premier Belge à le faire. Il grimpe de manière autonome, en style alpin. Après l'ascension du Khan Tengri et du Nanga Parbat, ce sera à nouveau une grande et belle expérience. Vous trouverez plus d'informations sur son site web : https://www.nielsjespers.be

 

Lars Ilya Meulenbergs 

Président Groupe Alpinisme (Natuurvrienden Bergstijgers) d’ATB De Natuurvrienden 

 


Le changement climatique frappe les Amis de la Nature d’Italie

de Christian Facchetti

Photo: Christian Faccetti
© Christian Faccetti / NF Italy

Le 29 octobre 2018, toute l'Italie a été frappée par une tempête d’une ampleur inouïe, même comparé à ce qui se passe normalement durant cette période de l'année. Malheureusement, ces dernières années, l'Italie est devenue célèbre dans le monde entier pour l'aménagement du territoire déficient, avec une large instabilité hydrogéologique dans beaucoup de régions. Toutefois, ce qui s'est produit à la fin du mois d'octobre, était sans précédent dans les siècles passés.

lire la suite (en anglais) ...

Very famous, unfortunately, have become the images of the eradication of 300,000 trees in the Dolomites in a forest known to provide the precious wood the Stradivari violins are built with; less powerful but equally painful were the injuries suffered in the area where there are 2 local groups of Italian Naturefriends, fortunately without causing damages to NF houses.

This is the case of Monte Baldo on the eastern side of Lake Garda, where numerous trees have been uprooted and have closed the forest paths at several points near the Casa NF Baito 359; much more violent instead was the wind that hit the Camonica Valley (in particular Saviore dell'Adamello) exceeding 200 km/h with the consequent uprooting of about 20,000 old trees. The event was so powerful that the local authorities asked the local population not to leave the house for any reason and, the next day, the forest was completely closed by walls of fallen trees. Furthermore, the situation in this area is far from being resolved: winter is coming, and the municipality still awaits the funds to start the work of cleaning the forest on a large scale.

In both cases, however, the friends of nature became protagonists of voluntary activities, much appreciated by the respective communities, restoring with intense manual work the viability of the woods.

For information: info@amicidellanatura.it


Camp pour des jeunes alpinistes en Iran

UIAA Youth Camp
© Atour Adventure Club/UIAA

 

L'association Atour Adventure Club en Iran est récemment devenue membre de l’Internationale des Amis de la Nature. Depuis des années, elle organise le camp de jeunes de l’UIAA (Union Internationale des Associations d’Alpinisme).

lire la suite ...

Ce camp est une occasion idéale pour de jeunes alpinistes du monde entier non seulement de se réunir et d’entreprendre ensemble l'ascension du Damavand (5610 m), le plus haut sommet de l’Iran et le sommet volcanique le plus élevé d'Asie occidentale, mais aussi de faire connaissance avec d'autres cultures et de rencontrer de nouveaux amis. Depuis 2015, l’association accueillait cet événement et recevait des participants venus de toute l'Europe, notamment de France, d'Italie, d'Allemagne, de Belgique, du Danemark, de Pologne, d'Afghanistan, de Malaisie, d'Inde, d'Azerbaïdjan et de Sri Lanka. Le Club a également eu la chance d'accueillir des alpinistes expérimentés comme Krzysztof Wielicki.

Le prochain camp aura lieu du 20 juillet au 1er août 2019. Plus d´informations.

Atour Adventure Club

 


Joyeux anniversaire, NIVON (Amis de la Nature néerlandais)!

Naturfreundehaus
La première maison de NIVON Krikkenhaar 1928

 

L'année prochaine, NIVON – les Amis de la Nature néerlandais – célébreront le 95e anniversaire de leur création. Depuis un demi-siècle, NIVON organise un festival annuel : PIKA (= Pinksterkamp) pendant le week-end de la Pentecôte. L'année prochaine, ce sera un événement jubilaire, qui aura lieu du vendredi 7 juin au lundi 10 juin.

Lire la suite ...

Le Bureau central de NIVON a le plaisir d’inviter un groupe restreint de représentants de la famille internationale des Amis de la Nature. Les membres de l'IJAN sont spécialement invités à participer au programme.

Le 95e anniversaire sera le prélude à un événement encore plus important. Nous soulignerons l’importance des valeurs auxquelles nous croyons : l’honnêteté, la durabilité, les comportements sociaux et tolérants. NIVON s’engage pour une société solidaire. 

En 2024, NIVON espère célébrer son centenaire. La même année, les Amis de la Nature néerlandais commémorent aussi leur adhésion à l'IAN, il y a exactement cent ans.

Site web NIVON

(Novembre 2018)

 


Le Droit de tout un chacun
de Hannele Pöllä/Työväen retkeilyliittory, Amis de la Nature Finlande
 

Walking in Finland
© R. Jalkanen

 

Le Droit de tout un chacun est un élément important dans la vie des populations de Finlande ; il permet l’accès libre aux forêts et aux zones naturelles presque partout dans le pays. Où que l’on réside, le Droit de tout un chacun joue un rôle important pour les gens, notamment pour la récréation dans la nature, dans l’écotourisme et pour la jouissance de la nature comme fondement de vie. Sans ce Droit de tout un chacun les gens ne pourraient accéder qu’aux espaces publics, aux rues et à leur propriété personnelle. 
 
De nombreuses études mettent en évidence que passer du temps dans la forêt et dans la nature profite à la santé des gens : nous récupérons mieux du stress, nous libérons l’esprit, et le rythme cardiaque ainsi que la tension sont influencés positivement.

lire la suite (en anglais) ...

Everyman’s rights

Everyman’s right is an important part of people’s lives in Finland, allowing free access to forests and land areas almost everywhere in the country. Irrespective of people’s place of residence, everyman’s right plays an important role for them, especially in outdoor recreation, eco-tourism and the use of nature as a source of livelihood. Without everyman’s right, people would be confined to public areas, roads and the land that they personally own. According to several studies, being in the forests and close to nature increases the well-being: recovering from the stress is enhanced, the mind is refreshed, and the heart pulse and blood pressure are decreased.
 
Everyman’s rights are for the Finns quite self-evident as we have enjoyed them for all our lives. Only the people in Norway and Sweden have similar rights. Therefore, for many foreign visitors it is hard to believe that everybody can pick up mushrooms or eat blackberries in the forest. 
 
Everyman’s rights allow people to:

  • move about on foot, ski and bicycle in nature, such as in forests, natural meadows and water bodies,
  • ride horses,
  • stay in and temporarily stay overnight in areas where movement is also permitted,
  • pick wild berries, mushrooms and unprotected plants,
  • angle and ice fish, and
  • boat, swim and wash themselves in waters and move about on ice.

 
The key principles of everyman’s rights are derived from the Finnish Constitution, which also ensures the protection of property. Accordingly, there are certain limitations to the rights and people are not allowed to:

  • disturb the use of land by the landowner,
  • move about in yards, cultivated areas or cultivated fields,
  • cut down or harm growing trees,
  • take dry or fallen wood,
  • take moss or lichen,
  • light an open fire on another’s land,
  • disturb domestic premises, for example, by camping too close to dwellings or making noise,
  • drop litter in the environment,
  • drive a motorised vehicle off-road,
  • disturb or damage birds’ nests or chicks,
  • disturb animals, or
  • hunt or fish without the appropriate permits.


The Finnish Yle, the public service broadcasting company, has launched  a one-week campaign "Mennään metsään” - “Let’s go to forest”,  where people can register their visits to nature. So far there are already more than 290,000 visits in the register: https://yle.fi/aihe/mennaan-metsaan. During the campaign Yle also offers a rich variety of nature-related programs.
 
Finland is planning to apply for the everyman’s rights to be included in the Unesco cultural heritage list of living traditions. The list has more than 450 objects from 117 countries – so far nothing from Finland.

Naturefriends Finland

(October 2018)


 

Ecocity Forum 2018
 

EcoCity Forum 2018
© EcoCity Forum

 

Le « Ecocity Forum » 2018 a eu lieu du 3 au 5 octobre à Thessaloniki, Grèce, sous le titre « L’économie circulaire dans les villes intelligentes ». La conférence a été organisée par Ecocity Greece – une plateforme dans laquelle s’engagent aussi les Amis de la Nature de Grèce ; ceci dans le but d’une sensibilisation pour l’économie circulaire et les « villes intelligentes » (Smart Cities).

lire la suite ...

Des spécialistes internationaux ont pu être recrutés pour les différents panels. L’Internationale des Amis de la Nature, représentée par Katrin Karschat, avait été invitée à présenter l’initiative Transforming Tourism. Cette initiative qui met en lumière les défis pour le secteur du tourisme quant à l’Agenda 2030 et qui aborde aussi les droits humains dans le tourisme, a suscité un vif intérêt et donné lieu à une discussion intéressante.


Ecocity Forum | Amis de la Nature Grèce | Transforming Tourism
 
(Octobre 2018)