Nouvelles des Amis de la Nature

 

Élections europénnes 2019 : Ce que les Amis de la Nature devraient attendre des futurs parlementaires européens ! 

EU Flagge

Un commentaire de Manfred Pils, Président de l’Internationale des Amis de la Nature

Lire la suite ...

L’orientation de la politique européenne, trop centrée sur la libéralisation économique et la stabilité monétaire, a amené de nombreux citoyens à douter du sens et de la finalité de l'Union européenne. Ce n'est pas un hasard si les citoyens du Royaume-Uni ont décidé par référendum de se retirer de l'UE, alors que la Grande-Bretagne était le principal moteur de la politique néolibérale, et ont ensuite blâmé l'Union européenne pour ses conséquences négatives. Ce schéma selon lequel des politiciens entravent le progrès dans l’UE, mais blâment ensuite l'Europe chez eux pour tous les effets négatifs qui en résultent, est malheureusement répandu chez nombre de partis populistes en Europe qui, dans la perspective de l'élection imminente au Parlement européen, en mai, font également campagne de manière offensive pour une réduction des compétences de l'Europe en faveur de compétences nationales. 


Il est toutefois évident que seule une Union européenne forte qui met en œuvre résolument ses objectifs de durabilité peut relever les défis mondiaux :  


1. Le changement climatique mondial affecte tout le monde et ne peut être abordé au seul niveau national. L'Union européenne doit prendre au sérieux les objectifs climatiques de Paris et promouvoir la transformation énergétique en Europe. À cette fin, nous avons besoin d'une taxe sur le CO2 à l'échelle européenne pour accélérer le passage à une économie sans CO2. Un « Green New Deal » favorise non seulement le passage à une politique énergétique durable, mais permet également l'émergence de nouveaux secteurs économiques prometteurs.  


2. La politique agricole européenne doit abandonner la production de masse orientée vers l'exportation, en faveur d'une alimentation régionale de qualité, saine et abordable. L'interdiction des pesticides chimiques tels que le glyphosate, la promotion de la biodiversité et le respect du bien-être animal sont non seulement à la base d’une alimentation saine, mais contribuent également à la préservation de notre environnement naturel.  


3. Une bonne vie repose avant tout sur l’existence d'importants services publics tels que les écoles, l'eau et l’énergie, l'approvisionnement alimentaire local, les transports, l’assainissement et le recyclage. Au lieu de privatiser ces services – ce qui signifie en fin de compte que la qualité n'est garantie que dans les grandes agglomérations et a déjà échoué dans de nombreux pays – nous devons protéger et promouvoir ces services publics dans les zones rurales également. Les aides régionales européennes sont essentielles pour parvenir à un équilibre entre zones urbaines et rurales.

 
4. Les entreprises nationales et internationales bénéficient des infrastructures publiques et des importantes établissements d'enseignement et de recherche financés par des impôts. Il faut cesser d’instrumentaliser la concurrence entre États nationaux, ce qui a contribué à des impôts sur les sociétés ridiculement bas. Seule une action concertée au niveau européen peut briser ce cercle vicieux du dumping fiscal, afin de parvenir à une justice fiscale à tous les niveaux. Nous avons besoin de taux minima européens pour l'imposition des bénéfices des sociétés, d’une imposition sur le lieu de production et non dans le pays du siège social, de l'abolition des exonérations telles que pour l'aviation et le transport maritime, d’une taxe européenne sur les transactions financières et de la création de sites d'exploitation numériques. Les subventions de l'UE doivent être subordonnées à un niveau d'imposition adéquat dans les pays et à d'autres critères de durabilité.   


5. L'UE doit également garantir le respect des normes environnementales et sociales, tant au sein de l'Union même qu'au niveau mondial avec ses partenaires commerciaux. Il ne doit pas y avoir de commerce de produits issus du travail des enfants et du travail forcé ; nous avons besoin d'un cadre juridique tout au long de la chaîne de valeur, avec des normes d'étiquetage strictes. Le dumping salarial et social, en particulier, doit être empêché efficacement, car il a contribué de manière significative à l'agressivité qui règne malheureusement à l'égard des « étrangers ».    


6. L'Europe doit combattre les causes de fuite et non les réfugiés. Tout le monde sait que les millions de personnes qui quittent leurs pays n'ont pas choisi volontairement ce sort. Nous avons besoin d'une politique commune humaine en matière d'asile, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, d'un service européen de sauvetage en mer et d'un fonds de solidarité européen pour soutenir les villes et les communautés qui accueillent des réfugiés et pourvoient des services d'intégration actifs.    


7. Afin de mettre en œuvre bon nombre de ces mesures, nous devons également abolir le principe de l'unanimité. Il est inacceptable que le rythme des changements nécessaires soit donné par ceux qui cherchent à paralyser des décisions, créant ainsi un climat hostile à l'UE. Le Parlement européen doit lui aussi disposer de droits plus importants, par exemple par l’octroi d’une compétence législative. 


Toutes ces revendications répondent aux objectifs de durabilité environnementale et sociale – elles contribueront à la protection sociale, à l'emploi et à la prospérité même dans les régions défavorisées. Andreas Schieder, Président des Amis de la Nature d’Autriche, est candidat tête de liste du parti social-démocrate autrichien pour le Parlement européen. Il demande que le pacte néolibéral de stabilité et de croissance de l'UE cède la place à un pacte de développement durable régi par des objectifs économiques, écologiques et sociaux contraignants. Des indicateurs tels que le taux de chômage, les émissions de CO2, le coût du logement ou la répartition des richesses, qui reflètent mieux l'état du bien-être écologique et social, devraient remplacer le critère actuel du niveau d'endettement.  

  
En fin de compte, il est également crucial que le plus grand nombre possible de citoyens participent à l'élection au Parlement européen afin que les destructeurs déclarés de l'Europe ne puissent causer encore plus de dommages – contre lesquels ils prétendront ensuite devoir nous « protéger » au niveau national. 

 


Une visite chez des amies et des amis

Logo der Naturfreunde  Wien

À l'occasion du 125e anniversaire du mouvement AN, les Amis de la Nature de Vienne proposent aux groupes d'Amis de la Nature intéressés de participer à diverses activités à Vienne et dans les environs.

weiterlesen ...

Une semaine de festivités pour tous et toutes aura lieu après le Congrès de l'IAN, tenu le 13 juin 2020. Les visites guidées et les randonnées peuvent aussi être organisées tout au long de l'année en concertation avec les Amis de la Nature de Vienne. Si vous êtes intéressé/e/s, veuillez contacter directement le secrétariat des Amis de la Nature Vienne : wien@naturfreunde.at

 

Événements et conférences prévus (en anglais).


Les Amis de la Nature de Tchéquie fêtent leurs 25 ans. Mais leurs racines remontent beaucoup plus loin dans le passé.

 

Naturefriends Tschek Republic
© Přátelé přírody z. s

Le 16 février 2019 la Fédération nationale tchèque des Amis de la Nature fêtera le 25e anniversaire de sa refondation. Celle-ci a eu lieu en 1994 par la fusion de deux organisations, l’Union touristique Amis de la Nature de Bohême du Nord, à Jablonec nad Nisou, comportant des sections à Liberec, Prague et Ostrava, avec Duha, l’association d’enfants et de jeunes, formée de groupements de jeunes dans l’ensemble de la Tchéquie.  

  

lire la suite ...

« Hourra ! » serait-on tenté de dire. Mais il s’est bientôt avéré que ce modèle ne fonctionnait pas. S’il est vrai que les deux organisations étaient réunies sous un même chapeau, il n’y avait que très peu de collaboration entre elles. Ceci a pourtant changé lorsque plusieurs nouvelles sections d’Amis de la Nature ont vu le jour et que des actions communes ont été lancées, par exemple la réunion annuelle d’une durée de plusieurs jours, et divers projets. Malheureusement Duha n’est plus membre des Amis de la Nature tchèques depuis 2015, ce qui nous a coûté 3 000 jeunes adhérents. Désormais la Fédération nationale travaille « uniquement » dans sept sections – dont la plus importante se trouve à Jablonec nad Nisou, avec 350 adhérents – mais les activités et la coopération sont intenses dans les domaines de la nature, de la culture, de l’histoire, des droits humains, de la participation et du tourisme doux. 

Une longue tradition 

Toutefois, les origines de la Fédération remontent plus loin, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Georg Schmiedl, l’un des fondateurs du mouvement des Amis de la Nature, est né à Prossnitz (aujourd’hui Prostejov, en Tchéquie de l’Est). Le premier groupe d’Amis de la Nature sur le territoire de la Tchéquie actuelle s’est constitué dès la fondation du premier groupe à Vienne, en 1895 (le groupe fondé en 1897 à Trnovany en Tchéquie du Nord a d’ailleurs été le troisième plus ancien du monde). Le mouvement a continuellement grandi, et une association nationale s’est finalement constituée en 1921 au Congrès de Prague – les « Amis de la Nature de Tchécoslovaquie ».  

A cette époque, les Amis de la Nature étaient, à quelques exceptions près, purement germanophones et travaillaient dans les régions frontalières de la Tchécoslovaquie. Ils ont construit leurs propres Maisons d'Amis de la Nature afin d'avoir un endroit pour dormir du samedi (à l’époque une journée de travail) au dimanche. Avant la guerre, il y avait 39 Maisons des Amis de la Nature en Tchécoslovaquie (également dans les Hautes Tatras), mais la seule ayant survécu jusqu'à ce jour est la « Maison du Président », construite en 1927 dans les montagnes de Jizerské. 

Après qu'Adolf Hitler et son NSDAP ont pris le pouvoir en Allemagne et annexé l'Autriche, berceau des Amis de la Nature, le mouvement des Amis de la Nature a été interdit en Allemagne et en Autriche, les membres de l'association ont été persécutés, certains même emprisonnés. En 1936, les Amis tchécoslovaques de la Nature ont proposé d'organiser un congrès du mouvement international à Brno. Deux ans plus tard, les Sudètes tchèques et bientôt le reste de la Tchécoslovaquie furent occupés par l'Allemagne. Là aussi, les nazis ont interdit les Amis de la Nature et confisqué leurs biens, comme en Allemagne et en Autriche. 

Dans la Tchécoslovaquie ressuscitée après la guerre, il n'a pas été possible d’établir des organisations allemandes ou de gauche ; et même après la « construction du socialisme », de telles idées n'ont pu se réaliser. Ce n'est qu'après la Révolution de velours de 1989 que le mouvement a connu sa « renaissance ». Avec l'aide d'Amis de la Nature allemands et internationaux, le mouvement en Tchécoslovaquie a été reconstitué en 1991 à Jablonec nad Nisou, et depuis 1994 les Amis de la Nature sont actifs dans toute la République tchèque. Et c'est ce que nous célébrons aujourd'hui ! 

Přátelé přírody z. s. / Les Amis de la Nature de Tchéquie  

www.pratele-prirody.cz 

 

 

Message d'anniversaire de Manfred Pils, Président de l’Internationale des Amis de la Nature 

Au nom de la communauté internationale des Amis de la Nature, je tiens à saluer chaleureusement les Amis de la Nature de la République tchèque à l'occasion de leur anniversaire. Mes remerciements particuliers vont à Mirek Prokes qui a joué un rôle important lors de la fondation des Amis de la Nature en République tchèque, dont il a été l’initiateur. Ces 25 années ont été marquées par de nombreux développements importants. Un optimisme général a régné après la chute du mur de Berlin, ce qui a finalement amené la République tchèque à rejoindre l'Union européenne. Malheureusement, la prospérité promise n'a pas été répartie équitablement entre toutes les couches de la population ; c'est pourquoi un mécontentement politique se manifeste désormais dans de nombreux pays de l'Union européenne, ce qui a également conduit au soutien aux partis populistes de droite ou même nationalistes dans de nombreux pays européens. Mais la fermeture des frontières n'est qu'une solution à courte vue – nous devons travailler ensemble pour transformer l'Union européenne en une Union sociale et durable, dans laquelle la solidarité et la prospérité partagée jouent un rôle essentiel. Depuis sa fondation en 1895, l’Internationale des Amis de la Nature a toujours mis l'accent sur la compréhension et la solidarité internationales. Des rencontres internationales et des projets réalisés en commun rendent tangible cette internationalité et, espérons-le, aident à faire tomber les murs dans les mentalités des gens. C'est dans cet esprit que nous souhaitons aux Amis de la Nature de la République tchèque beaucoup de succès pour les décennies à venir.  

Avec un cordial « Berg frei ! » 

Manfred Pils, Président de l’IAN 


Un écosystème en danger

ATLED
© A.T.L.E.D.

Les Amis de la Nature d’Algérie s’engagent depuis bien des années pour la protection de la nature dans leur pays. Actuellement leur intérêt porte notamment sur la protection des oasis dans le Sud algérien. Hedibi Abdellatif, Président d’A.T.L.E.D (Amis de la Nature d’Algérie) explique pourquoi ces écosystèmes sont en danger et comment il serait possible de les protéger.

lire la suite ...

Aujourd’hui le monde oasien connaît une véritable crise sous l’effet d’un modèle de développement inapproprié.

Les causes du déclin des écosystèmes oasiens reposent sur

* des détériorations climatiques marquées avec une accentuation de la sécheresse et de ses conséquences sur la disponibilité en eau,

* l’inadéquation de la pression démographique et de l’urbanisation par rapport à la capacité de charge limitée de l’écosystème oasien,

* la mainmise des tenants de l’import-export sur les circuits de commercialisation des produits locaux,

* les modifications des modes de vie et de consommation, en particulier la consommation de produits manufacturés au détriment des produits alimentaires artisanaux locaux,

* l’absence d’évolution du droit sur le foncier, la gestion de l’eau et les modes d’exploitation. Il en résulte actuellement un morcellement des terres, d’où des incohérences fortes dans un système complexe et organisé dont la survie est reliée à des contraintes fortes,

* l’enclavement géographique,

* l’absence de reconnaissance de la spécificité oasienne par les politiques publiques, en particulier dans le domaine de la recherche en agriculture, de l’éducation et de la formation continue.

Toutes ces évolutions conduisent à l’hémorragie des forces vives, aussi bien au travers de la fuite des capitaux, que de l’exode des jeunes vers les villes ou l’étranger.

Face à cela les Amis de la Nature d’Algérie agissent pour proposer des solutions à ces différentes crises.

 

Hedibi Abdellatif

Président d’A.T.L.E.D (Amis de la Nature d’Algérie)


Les Amis de la Nature Belgique visent haut 

Naturefriends Belgium

© Natuurvrienden Bergstijgers/ATB De Natuurvrienden
 

Les Amis de la Nature Belgique organisent de grandes expéditions en avril, mai et juin : Un groupe de six membres va escalader le Denali en Alaska, parmi eux Sanne Lenaerts, Vice-Présidente de Natuurvrienden Bergstijgers. Pour plus d'informations : http://www.denali2019.be 

lire la suite ...

En plus de ce beau voyage en Alaska, un de nos membres, Niels Jespers (membre du Bureau) ira au Pakistan et tentera de réussir l'ascension du K2, sans oxygène supplémentaire. Il sera le premier Belge à le faire. Il grimpe de manière autonome, en style alpin. Après l'ascension du Khan Tengri et du Nanga Parbat, ce sera à nouveau une grande et belle expérience. Vous trouverez plus d'informations sur son site web : https://www.nielsjespers.be

 

Lars Ilya Meulenbergs 

Président Groupe Alpinisme (Natuurvrienden Bergstijgers) d’ATB De Natuurvrienden 

 


Le changement climatique frappe les Amis de la Nature d’Italie

de Christian Facchetti

Photo: Christian Faccetti
© Christian Faccetti / NF Italy

Le 29 octobre 2018, toute l'Italie a été frappée par une tempête d’une ampleur inouïe, même comparé à ce qui se passe normalement durant cette période de l'année. Malheureusement, ces dernières années, l'Italie est devenue célèbre dans le monde entier pour l'aménagement du territoire déficient, avec une large instabilité hydrogéologique dans beaucoup de régions. Toutefois, ce qui s'est produit à la fin du mois d'octobre, était sans précédent dans les siècles passés.

lire la suite (en anglais) ...

Very famous, unfortunately, have become the images of the eradication of 300,000 trees in the Dolomites in a forest known to provide the precious wood the Stradivari violins are built with; less powerful but equally painful were the injuries suffered in the area where there are 2 local groups of Italian Naturefriends, fortunately without causing damages to NF houses.

This is the case of Monte Baldo on the eastern side of Lake Garda, where numerous trees have been uprooted and have closed the forest paths at several points near the Casa NF Baito 359; much more violent instead was the wind that hit the Camonica Valley (in particular Saviore dell'Adamello) exceeding 200 km/h with the consequent uprooting of about 20,000 old trees. The event was so powerful that the local authorities asked the local population not to leave the house for any reason and, the next day, the forest was completely closed by walls of fallen trees. Furthermore, the situation in this area is far from being resolved: winter is coming, and the municipality still awaits the funds to start the work of cleaning the forest on a large scale.

In both cases, however, the friends of nature became protagonists of voluntary activities, much appreciated by the respective communities, restoring with intense manual work the viability of the woods.

For information: info@amicidellanatura.it


Camp pour des jeunes alpinistes en Iran

UIAA Youth Camp
© Atour Adventure Club/UIAA

 

L'association Atour Adventure Club en Iran est récemment devenue membre de l’Internationale des Amis de la Nature. Depuis des années, elle organise le camp de jeunes de l’UIAA (Union Internationale des Associations d’Alpinisme).

lire la suite ...

Ce camp est une occasion idéale pour de jeunes alpinistes du monde entier non seulement de se réunir et d’entreprendre ensemble l'ascension du Damavand (5610 m), le plus haut sommet de l’Iran et le sommet volcanique le plus élevé d'Asie occidentale, mais aussi de faire connaissance avec d'autres cultures et de rencontrer de nouveaux amis. Depuis 2015, l’association accueillait cet événement et recevait des participants venus de toute l'Europe, notamment de France, d'Italie, d'Allemagne, de Belgique, du Danemark, de Pologne, d'Afghanistan, de Malaisie, d'Inde, d'Azerbaïdjan et de Sri Lanka. Le Club a également eu la chance d'accueillir des alpinistes expérimentés comme Krzysztof Wielicki.

Le prochain camp aura lieu du 20 juillet au 1er août 2019. Plus d´informations.

Atour Adventure Club

 


Joyeux anniversaire, NIVON (Amis de la Nature néerlandais)!

Naturfreundehaus
La première maison de NIVON Krikkenhaar 1928

 

L'année prochaine, NIVON – les Amis de la Nature néerlandais – célébreront le 95e anniversaire de leur création. Depuis un demi-siècle, NIVON organise un festival annuel : PIKA (= Pinksterkamp) pendant le week-end de la Pentecôte. L'année prochaine, ce sera un événement jubilaire, qui aura lieu du vendredi 7 juin au lundi 10 juin.

Lire la suite ...

Le Bureau central de NIVON a le plaisir d’inviter un groupe restreint de représentants de la famille internationale des Amis de la Nature. Les membres de l'IJAN sont spécialement invités à participer au programme.

Le 95e anniversaire sera le prélude à un événement encore plus important. Nous soulignerons l’importance des valeurs auxquelles nous croyons : l’honnêteté, la durabilité, les comportements sociaux et tolérants. NIVON s’engage pour une société solidaire. 

En 2024, NIVON espère célébrer son centenaire. La même année, les Amis de la Nature néerlandais commémorent aussi leur adhésion à l'IAN, il y a exactement cent ans.

Site web NIVON

(Novembre 2018)

 


Le Droit de tout un chacun
de Hannele Pöllä/Työväen retkeilyliittory, Amis de la Nature Finlande
 

Walking in Finland
© R. Jalkanen

 

Le Droit de tout un chacun est un élément important dans la vie des populations de Finlande ; il permet l’accès libre aux forêts et aux zones naturelles presque partout dans le pays. Où que l’on réside, le Droit de tout un chacun joue un rôle important pour les gens, notamment pour la récréation dans la nature, dans l’écotourisme et pour la jouissance de la nature comme fondement de vie. Sans ce Droit de tout un chacun les gens ne pourraient accéder qu’aux espaces publics, aux rues et à leur propriété personnelle. 
 
De nombreuses études mettent en évidence que passer du temps dans la forêt et dans la nature profite à la santé des gens : nous récupérons mieux du stress, nous libérons l’esprit, et le rythme cardiaque ainsi que la tension sont influencés positivement.

lire la suite (en anglais) ...

Everyman’s rights

Everyman’s right is an important part of people’s lives in Finland, allowing free access to forests and land areas almost everywhere in the country. Irrespective of people’s place of residence, everyman’s right plays an important role for them, especially in outdoor recreation, eco-tourism and the use of nature as a source of livelihood. Without everyman’s right, people would be confined to public areas, roads and the land that they personally own. According to several studies, being in the forests and close to nature increases the well-being: recovering from the stress is enhanced, the mind is refreshed, and the heart pulse and blood pressure are decreased.
 
Everyman’s rights are for the Finns quite self-evident as we have enjoyed them for all our lives. Only the people in Norway and Sweden have similar rights. Therefore, for many foreign visitors it is hard to believe that everybody can pick up mushrooms or eat blackberries in the forest. 
 
Everyman’s rights allow people to:

  • move about on foot, ski and bicycle in nature, such as in forests, natural meadows and water bodies,
  • ride horses,
  • stay in and temporarily stay overnight in areas where movement is also permitted,
  • pick wild berries, mushrooms and unprotected plants,
  • angle and ice fish, and
  • boat, swim and wash themselves in waters and move about on ice.

 
The key principles of everyman’s rights are derived from the Finnish Constitution, which also ensures the protection of property. Accordingly, there are certain limitations to the rights and people are not allowed to:

  • disturb the use of land by the landowner,
  • move about in yards, cultivated areas or cultivated fields,
  • cut down or harm growing trees,
  • take dry or fallen wood,
  • take moss or lichen,
  • light an open fire on another’s land,
  • disturb domestic premises, for example, by camping too close to dwellings or making noise,
  • drop litter in the environment,
  • drive a motorised vehicle off-road,
  • disturb or damage birds’ nests or chicks,
  • disturb animals, or
  • hunt or fish without the appropriate permits.


The Finnish Yle, the public service broadcasting company, has launched  a one-week campaign "Mennään metsään” - “Let’s go to forest”,  where people can register their visits to nature. So far there are already more than 290,000 visits in the register: https://yle.fi/aihe/mennaan-metsaan. During the campaign Yle also offers a rich variety of nature-related programs.
 
Finland is planning to apply for the everyman’s rights to be included in the Unesco cultural heritage list of living traditions. The list has more than 450 objects from 117 countries – so far nothing from Finland.

Naturefriends Finland

(October 2018)


 

Ecocity Forum 2018
 

EcoCity Forum 2018
© EcoCity Forum

 

Le « Ecocity Forum » 2018 a eu lieu du 3 au 5 octobre à Thessaloniki, Grèce, sous le titre « L’économie circulaire dans les villes intelligentes ». La conférence a été organisée par Ecocity Greece – une plateforme dans laquelle s’engagent aussi les Amis de la Nature de Grèce ; ceci dans le but d’une sensibilisation pour l’économie circulaire et les « villes intelligentes » (Smart Cities).

lire la suite ...

Des spécialistes internationaux ont pu être recrutés pour les différents panels. L’Internationale des Amis de la Nature, représentée par Katrin Karschat, avait été invitée à présenter l’initiative Transforming Tourism. Cette initiative qui met en lumière les défis pour le secteur du tourisme quant à l’Agenda 2030 et qui aborde aussi les droits humains dans le tourisme, a suscité un vif intérêt et donné lieu à une discussion intéressante.


Ecocity Forum | Amis de la Nature Grèce | Transforming Tourism
 
(Octobre 2018)